Blog2020-04-06T11:31:50+02:00

Comment faire une veille marketing ?

Dans les médias traditionnels comme sur Internet, l’information se multiplie et évolue en permanence, tandis les sources se complexifient. À l’heure de l’infobésité, la quantité et la diversité des contenus à traiter, analyser et partager ont donné naissance à une nouvelle discipline : la veille marketing, ou competitive intelligence, un réel levier de développement pour les entreprises qui l’intègre à leur stratégie. Dans cet article, nous revenons sur les différents types de veille et nous vous donnons les clefs d’une méthodologie simple et efficace.

 

Qu’est-ce que la veille marketing ?

La veille marketing consiste en collecter des informations de manière continue sur un sujet précis. Cette curation méticuleuse permet de suivre, en autres, les actualités d’un secteur d’activité, d’un marché, d’un produit et de ses parties-prenantes – les cibles comme les concurrents. La veille enrichit le SWOT, une synthèse des forces et des faiblesses d’une entreprise, au regard des opportunités et des menaces inhérentes à son environnement.

La veille permet de prendre et garder une longueur d’avance sur son marché. Évoluer plus vite, tout en gardant un œil dans le rétroviseur. Elle apporte une vision aiguisée et lucide, elle aide à prendre de meilleures décisions stratégiques, idéalement avant ses concurrents, en détectant des tendances émergentes. Une veille bien menée est aussi synonyme de proactivité, puisqu’une marque est alors en mesure d’anticiper les besoins de sa cible et les nouveaux modes de consommation qui dictent le marché.

 

Les différents types de veille

Le concept de veille marketing est générique. Il est associé à plusieurs sous-disciplines, qui se développent au fur et à mesure que la notion d’intelligence économique gagne de l’importance dans les entreprises. Voici les principaux types de veille :

  • La veille concurrentielle : prédire les orientations stratégiques de ses concurrents directs et indirects
  • La veille environnementale : anticiper les évolutions du marché, surveiller les mutations sociétales
  • La veille technologique : rester à la pointe de l’innovation et proposer une expérience utilisateur toujours plus riche
  • La veille d’e-réputation : suivre tout ce qui est dit sur Internet à propos de l’entreprise, par les professionnels les particuliers

 

Les étapes clés d’une veille marketing

Identifier et hiérarchiser les informations pertinentes

Pour commencer, listez les sources et les acteurs pertinents. Par exemple, pour une veille concurrentielle, il s’agit de noter tous les concurrents existants et potentiels, ainsi que leur site internet, leurs réseaux sociaux, les employés… Il est aussi nécessaire de délimiter le périmètre de votre veille en notant les mots-clés principaux et secondaires. Veillez à ce que votre recherche prenne en compte plusieurs médias : un tweet de 140 caractères peut avoir plus d’impact que la tribune d’un grand quotidien…

Pour obtenir une vision synthétique et bien visualiser vos différentes sources de curation, vous pouvez utiliser un outil de mind mapping (ou carte heuristique). En organisant vos données par arborescence, votre travail de recherche vous semblera plus clair.

Automatiser la collecte d’information

La veille est bien trop chronophage pour être uniquement manuelle. Pour gagner du temps, combinez la méthode Pull (vous cherchez vous-même les informations) et la méthode Push (vous automatisez les process pour que les informations pertinentes viennent directement à vous).

Vous pouvez créer des alertes Google, vous constituer des listes sur TweetDeck, rejoindre des groupes sur LinkedIn et ScoopIt, vous inscrire aux newsletters spécialisées, utilisez Feedly pour répertorier vos flux RSS… Des outils de veille permettent également de centraliser l’ensemble des données sur une seule et même plateforme.

Trier et hiérarchiser les informations

Jusqu’ici, vous avez opéré une veille passive. Une veille devient active à partir du moment où les informations récoltées sont valorisées. Dans un premier temps, triez l’ensemble des données : supprimez les informations obsolètes, conservez uniquement celles qui apportent une valeur ajoutée. Fusionnez les informations redondantes et dans le cas de sources conséquentes (par exemple une thèse), opérez un travail de synthèse afin de faire remonter l’essentiel. Enfin, classez et hiérarchisez les informations. Plusieurs classements sont possibles, vous pouvez les combiner selon la finalité de votre veille :

  • Thématiques : dans le cas d’une veille technologique sur le marketing digital, vous pouvez classer vos informations dans différentes sous-catégories (social media, intelligence artificielle, webdesign…)
  • Services : si votre travail est exploité en interne, triez les sources selon les services intéressés (Commerce, R&D, Administration…)
  • Sources : si vous surveillez votre e-réputation, triez les données collectées par média et par interlocuteur (professionnel, influenceur, client, détracteur…)

Analyser les données

Cette étape permet de tirer des conclusions à partir des données récoltées, qui doivent être questionnées en continue. Selon l’objectif de la veille, vous pourrez voir arriver de loin un nouveau concurrent sur votre marché (veille concurrentielle), découvrir un brevet prometteur déposé par des chercheurs Japonais (veille technologique), détecter une source d’insatisfaction sur un produit (e-réputation)… En bref, l’analyse des données permet de prévenir des menaces avant qu’elles ne prennent trop d’ampleur et de saisir des opportunités avant ses concurrents.

Communiquer les résultats

À moins que vos résultats soient sensibles ou confidentiels, n’hésitez pas à partager le fruit de vos recherches. En interne, la veille participe à développer l’expertise des collaborateurs. En externe, elle renforce la légitimité d’une société et valorise son image. Les résultats peuvent être publiés sous la forme d’un livre blanc, d’une newsletter, d’une infographie, d’un article de fond sur votre blog…

Par |1 juin, 2020|0 Commentaire

Google shopping gratuit ? Fake news, info ou intox ?

Google a annoncé un  nouveau programme “Surfaces Across Google” qui permet d’augmenter vos campagnes Google Shopping par des listings produit gratuits. Le lancement en Europe est effectué progressivement d’ici la fin de l’année.

 

Le planning et l’étendue de ce programme initialement annoncé le 17 janvier 2020 a été accéléré le 21 avril 2020 lors d’une annonce sur le blog officiel Google. L’objectif est d’accompagner le contexte actuel de crise sanitaire, où le e-commerce devient une vraie bouée de sauvetage pour les entreprises, avec des mesures permettant d’augmenter la visibilité des marchands sur Google, et à plus long terme de mieux positionner Google face à Amazon sur la recherche produit.

Google va donc aider les e-commerçants gratuitement. La vita è bella. Mais qu’en est il réellement ?

D’abord ce n’est pas une nouveauté, cela fait presque 20 ans depuis Froogle qui nous avait fait très peur chez Kelkoo, avec le “raz de marée” d’un Comparison Shopping gratuit. Google s’était ensuite retiré purement et simplement puis était revenu pour finalement faire payer les marchands listés.

Puis nous avons connu l’onglet Shopping, qui ne fut jamais un succès puisqu’il est estimé aujourd’hui que ce canal contribue à 5 à 10 % du volume de clics “shopping”.  Les internautes n’ont jamais adopté cet onglet. La majeure partie du volume a été réalisée grâce à l’introduction des vignettes sponsorisées reprenant les articles en provenance du Google Merchant Center, proposées au dessus des résultats de recherche Google principaux. C’est donc aujourd’hui dans l’onglet shopping faiblement utilisé  que Google nous annonce sa révolution de clics gratuits pour sauver les e commerçants de l’impact Covid.

Google Shopping

Il y une autre fenêtre d’espoir avec les listings d’inventaires locaux (LIA) proposés dans le cadre de Google My Business. Là encore nous parlons de clics gratuits mais nous n’avons pas encore le détail de tous les espaces qui seront réellement “offerts“ sur le sujet, et quel volume ceci constituera pour les e-commerçants.

Un peu de prospective : Il y a toujours un agenda business associé à chaque mouvement. A priori le volume de clics gratuit sera faible mais Il n’est pas totalement exclu qu’une porte majeure soit ouverte vers une présence shopping totalement gratuite comme pour les listings SEO “texte”. A noter que pour en bénéficier tous les e-commerçants  devront passer par Google Merchant Center, ils deviennent donc de facto des clients “ready“ pour les campagnes Shopping payantes. Mais quelle pourrait être l’intention de Google pour avancer vers une présence gratuite? Irait-on enfin vers un véritable service de choix de qualité pour le consommateur?  Google peut aussi avancer ses pions vers Google Shopping Action, un modèle qui présente l’avantage de faire payer le commerçant à la transaction et permet à Google réaliser directement la transaction avec le consommateur en prenant une commission au passage.  Comme chez qui? Le charmant  Amazon! que Google prendrait ainsi de front.. Toutes les transactions seraient conclues entre les consommateurs et Google et il n’est pas certain à ce jour que les marchands garderont la maîtrise de leurs clients. (l’e-mail et les coordonnées seraient ils communiqués ? ) Si cet agenda était retenu, il se pourrait que toute présence shopping bascule un jour totalement vers une présence gratuite. Cela ne se ferait que si Google rencontrait un franc succès sur son modèle Shopping Action. Feuilleton à suivre .

En attendant d’en savoir plus les e-commerçants peuvent compter sur Steerfox qui est très actif sur le sujet .  Nous sommes déjà utilisateur de ces fonctions (clics gratuits) pour nos clients USA et restons très attentifs à toutes les ouvertures et évolutions. Notre ADN est de vous aider à partir des datas de campagnes accumulées auprès de toutes les sources possible.

Steerfox peut vous aider à exploiter au mieux ces nouvelles pistes de clics gratuits en les optimisant pour vous. Steerfox exploite tous les retours des campagnes (Google/ Amazon/ Bing / Facebook etc..)au profit de l’optimisation des autres sources de trafic. Un descriptif d’article qui fonctionne sur Amazon pourrait être celui que vous devriez retenir pour vos articles proposés à Google en espérant plus de clics gratuits.

Voici plus de détails sur les programmes annoncés :

En synthèse ce programme apporte un canal supplémentaire d’affichage pour vos produits. Ce qui avait toujours été le cas pour les listings de type “texte”, avec des listings payants et des listings naturels gratuits, s’étend à la typologie de listings “produit” (photo + titre + prix). Les listings produit gratuits existaient déjà dans Google avant 2012, mais avaient ensuite été limités aux seuls listings payants.

Votre catalogue produit publié via les flux produit SteerFox vous permettra donc d’apparaître d’une part dans les campagnes Google Shopping et CSS Shopping existantes, qui continueront de s’afficher dans les résultats de recherche Google, et d’autre part d’être présent sous forme de listings “naturels” gratuits additionnels, situés principalement dans l’annuaire produit qui se trouve dans l’onglet “Shopping” de Google (qui représente un trafic minoritaire par rapport aux listings payants en haut de la page de résultat de recherche).

Les annonces Shopping sur les résultats de recherche Google ne changent pas et continueront de s’afficher au même emplacement dans le carrousel en haut de page des résultats de Recherche Google et en haut des résultats dans l’onglet Shopping. Ce carrousel ne contiendra pas de listing gratuit.

Cette fonctionnalité est pour le moment déployée aux US et est en cours de lancement international progressif pendant plusieurs mois. Grâce à SteerFox vous serez priorisés pour pouvoir participer immédiatement à cette nouvelle offre dès sa disponibilité progressive en Europe et pour pouvoir tester le potentiel de ce nouveau canal d’acquisition “Shopping naturel” avant vos concurrents.

Grâce à la technologie data-driven de la plateforme SteerFox, et à notre partenariat d’intégrateur technique Google Premier Partner, vous pourrez capitaliser sur une optimisation globale de votre présence Shopping sur le 4 leviers Shopping : SEA + CSS + SEO + Actions, afin de tirer profit de la meilleure synergie de canaux.

Questions fréquentes

Est-ce que cela remplace les annonces Shopping?

Non. Les annonces Shopping restent identiques et continueront de s’afficher au même emplacement dans le carrousel en haut de page de résultat Recherche Google et en haut des résultats dans l’onglet Shopping. Ce carrousel ne contiendra pas de listing gratuit.

Où vont apparaître ces nouveaux listings Google Shopping “naturels” ?

Les nouveaux listings Shopping “naturels” vont apparaître principalement dans l’annuaire produit situé dans l’onglet Shopping de Google (qui représente un trafic minoritaire par rapport aux listings payants en haut de la page de résultat de recherche). Dans des cas particuliers cela pourra s’étendre à d’autres emplacements des propriétés Google.

Quels seront les effets de ce changement?

D’une part le volume global Shopping va augmenter par la présence de ce canal supplémentaire. D’autre part on peut anticiper que la diminution de la barrière à l’entrée par ces listings gratuits va augmenter la pression concurrentielle et donc l’importance d’une bonne optimisation de la présence Shopping SEA+SEO.

Comment pourrai-je rester compétitif?

Des optimisations croisées seront nécessaires pour garantir la meilleure visibilité des vos produits sur les différents canaux Google. SteerFox, grâce à sa plateforme programmatique data-driven avec gestionnaire de flux intégré et à son partenariat technologique Google Premier Partner, vous permet de capitaliser sur une optimisation globale de votre présence sur les 4 leviers Shopping : SEA + CSS + SEO + Actions. Vous pourrez tirer profit de la synergie des canaux par l’analyse data et l’optimisation automatique, pour une performance globale augmentée.

Dois-je créer un nouveau flux produit?

Non, ce programme sera géré par SteerFox à partir de votre flux produit existant.

Comment activer ce programme?

Vous serez automatiquement mis en waiting list et vous serez parmi les premiers à bénéficier de ce programme dès que les fonctionnalités commenceront à être disponibles en Europe. L’activation sera automatique sans action de votre part.

Y a-t-il des changements au programme Shopping Actions?

Non. Le programme Shopping Actions permettant la vente de vos produits par Google via le site https://shopping.google.com/ reste un canal parallèle et nécessite une méthode d’intégration spécifique. SteerFox est partenaire agréé Google pour l’intégration Shopping Actions et reste à votre disposition si vous souhaitez y participer.

Les Local Inventory Ads ou annonces Shopping locales sont-elles concernées?

Des listings Shopping gratuits de type “local” pourront aussi apparaître si les flux Local Inventory Ads ont été configurés dans Google Merchant Center.  Ces listings seront également affichés dans l’onglet Shopping. Les annonces LIA (annonces produit en magasin) ne changent pas et continueront de s’afficher en haut de la page de résultat Google Search.

Exemple d’affichage Local Surface dans l’onglet Shopping :

Par |15 mai, 2020|0 Commentaire