Hausse des prix des matières premières et des produits finis: quels impacts sur vos stratégies SEA ?

[TIPS 2/6]

SOMMAIRE

En Octobre 2021, le Taux d’inflation en France atteignait 3,2% contre 2,7% en Septembre et 0,1% en Octobre 2020 (1). Une augmentation exponentielle mais qui reste en cohérence avec celle de l’Union Européenne.

Août 2020 Septembre 2020 Octobre 2020 Juillet 2021 Août 2021 Septembre 2021 Octobre 2021
UE 0,3 2,3 2,2 2,5 3,2 3,6 4,4
France 0,1 1,8 1,9 1,5 2,4 2,7 3,2

Une inflation progressive depuis 1 an dans un premier temps, mais qui a connu une augmentation subite depuis l’été 2021 dans un second temps.

Quelle est la hausse des prix des différentes matières premières ? Quel impact cette inflation du prix des matières premières a-t-elle sur le prix final des produits issus des différents secteurs ?

 Zoom sur ce phénomène économique qui impacte le prix des produits vendus en ligne ainsi que les marges des e-commerçants.

La hausse de prix des matières premières

Le hausse du prix des matières premières est plutôt homogène pour l’ensemble des matières premières avec des fluctuations entre +37.5% et +50%. Après avoir connu un pic en Mai 2021 de +270% le prix du bois est finalement redescendu au second semestre pour atteindre le même niveau qu’il y a un an, même s’il reste plus haut de 27% environ que les années 2018 et 2019 (1).

La hausse du prix des produits finis

La hausse du prix des matières premières a entraîné une hausse du prix des produits manufacturés de 6,8% en moyenne. Zoom sur les différents secteurs concernés !

Source (1)

Secteur de l’ameublement

  • Le secteur de l’ameublement a connu une hausse annuelle de 4,2% (1), avec certaines catégories de meubles au-delà de cette moyenne : 
    • 7% pour les matelas et oreillers
    • +10% à 40% sur les meubles en bois

    Certains directeurs de magasins de meubles prévoient même d’augmenter leurs tarifs de 10 à 15% en 2022.

Secteur des jeux et jouets

  • A la rentrée 2021, le prix de 70% des jouets avait augmenté (2) d’environ 3,4% (1). Concrètement, sur les catalogues de jouets distribués en fin d’année, c’est en moyenne +5 euros appliqués aux produits finis. Comme le secteur de l’ameublement, ce secteur est relativement touché par la hausse exorbitante du prix du bois cette année, mais que, les jouets électroniques ont également été impactés par la hausse du prix des composants :
    • +42% pour les jouets électroniques (3)
    • +10% à 40% pour les jouets en bois
    • +4 à 20% pour les jeux issus d’autres matières (3)
    • Pas d’augmentation pour les jeux de société (3)

    Secteur de la beauté

    Le secteur de la beauté a connu une hausse plus “raisonnable” que les autres secteurs avec +0,7% d’augmentation annuelle (1). Une variation principalement dûe à la hausse du prix des packagings ainsi que celle du transport. 

    Fin août 2021, le polypropylène et le polyéthylène, deux matières utilisées pour les packagings de produits de beauté, avaient bondi respectivement de 70% et 60%, en moyenne sur les douze derniers mois. Certains industriels du packaging ont augmenté leurs prix de 10% à 15%.

    Secteur de l’habillement

    Le secteur de l’habillement, vêtements et chaussures confondus, fait parti des secteurs les plus touchés. Les acteurs de ce secteur ont répercuté la hausse du prix des matières premières sur les produits finis pour atteindre +4,6% d’augmentation annuelle (1).

    Quelles sont les prévisions pour 2022 ? 

    L’IFM (Institut Français de la Mode) interroge tous les mois 100 marques et enseignes sur l’évolution de leurs prix : 

    • 34% ont prédit une stabilité de leurs tarifs en 2022
    • 49% ont prédit une hausse de leurs tarifs de vente de 0 à 5% en 2022
    • 9%  ont prédit une hausse de leurs tarifs de vente de 5 à 10% en 2022

    Pour la nouvelle saison, et après une période de production en juste à temps, l’ICAC (Comité consultatif international du coton) attend une production mondiale de 25,7 millions de tonnes dans l’industrie de l’habillement, en croissance de 6% mais toujours inférieure au niveau pré-pandémique.

    Secteur de l’automobile

    Le secteur de l’automobile, lui, a connu une hausse générale annuelle des prix d’environ 1,1% (1). Selon une étude de L’argus, la voiture moyenne en France a vu son prix gonfler de 7 000 € entre 2010 et 2020, passant de 19 767 € à 26 789 €. Cette hausse étendue sur une décennie a été amplifiée par le phénomène de pénurie de produits finis qu’a connu l’année 2021. Une pénurie inédite, qui selon ses experts, devrait continuer d’entraîner une hausse moyenne des tarifs de voitures neuves entre 3% et 6%.

    Ces hausses des prix générales sur les produits finis peuvent paraître sur-estimées par rapport à la hausse du prix des matières premières, mais elles permettent au contraire, d’amortir la hausse des autres frais annexes qui n’est pas négligeable.

    Notamment pour la hausse du prix du transport : +3,7% pour le transport routier et +8,1% pour le transport aérien. Globalement, le coût d’acheminement d’un conteneur d’Asie vers l’Europe serait passé de « 2 700 dollars à près de 20 000 dollars » ces 14 derniers mois selon le président de l’enseigne PicWicToys, Romain Mulliez, interrogé le 30 septembre sur BFM TV.

    Mais également pour la hausse du prix des loyers (+1,3%), du gaz (+12,6%) et du pétrole avec +26,7% pour le SP98, 28,9% pour le SP95 et +23,6% pour le gazole (4).

    Quelles prévisions en terme de hausse des prix pour les 4 prochaines années ?

    Statista a dressé un graphique prévisionnel du taux de variation de l’IPCH (Indice des prix à la consommation harmonisé) sur les prochaines années, et le phénomène inflationniste ne semble pas désemplir.

    Source (1)

    Dans ce contexte, l’enjeu majeur est d’adapter vôtres stratégie d’acquisition pour qu’elle réponde aux objectifs marketing fixés (chiffre d’affaires, ROI, etc…). Cela passe par 3 axes d’amélioration :

    • Ouvrir votre acquisition aux différents leviers d’acquisition plus ROIstes que ceux déjà en place : nous accompagnons nos clients vers une acquisition multi-leviers (Google Ads, Amazon Ads, Facebook Ads, Pinterest Ads, TikTok Ads et Bing Ads)
    • Prioriser les investissements dédiés à votre acquisition en fonction de deux paramètres :
      • Le potentiel de vente de vos produits : nous proposons à nos clients un scoring de chacun des produits de leur catalogue afin d’identifier leur potentiel de vente, et nous associons cet indicateur à nos algorithmes prédictifs. L’objectif est de savoir quel produit vendre, sur quel levier et à quel moment.

      • Vos objectifs de marge : la hausse du coût des transport ne peut pas toujours être intégralement répercutée sur vos prix de vente ou sur les tarifs de livraison. Vous pouvez tout de même intégrer ce paramètre dans votre stratégie d’acquisition en priorisant la diffusion des produits qui génèrent le plus de marge globale pour vous.
    • Surveiller le marché et vos concurrents pour d’évelopper votre catalogue avec les produits à fort potentiel : notre technologie permet à nos clients d’obtenir cette information.
    • Anticiper la demande pour adapter vos achats et vos stocks, en s’appuyant sur les données des plateformes SEA et des places de marché. Ces données sont également directement disponibles depuis votre dashboard SteerFox.

    Sources : 

    1. INSEE
    2. RTL
    3. Leprogres.fr
    4. France Bleu

    Recevoir des conseils pour ma stratégie d’acquisition



    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Retour haut de page