Quelles sont les nouveautés e-commerce et publicitaires du mois de Mai ? En tant que solution dédiée à la performance produit des e-commerçants, nous avons choisi de vous partager chaque mois, une sélection de sujets issus de notre veille. 

Au programme cette semaine : L’OMC prévoit un ralentissement du commerce mondial, quelle place prendra la seconde main cette année, les derniers changements de GA4, Amazon lutte encore contre les retours colis, etc…

QUELQUES CHIFFRES SUR LE MARCHÉ E-COMMERCE

  • L’OMC prévoit un ralentissement du commerce mondial de marchandises à 1,7%.

Selon les prévisions annuelles publiées par l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la croissance du commerce mondial devrait ralentir à 1,7 % en 2023, après une augmentation de 2,7 % en 2022. Ce ralentissement est dû à la guerre en Ukraine, l’inflation, les politiques monétaires plus rigoureuses et l’incertitude financière. La directrice générale de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, exhorte les gouvernements à “éviter une fragmentation des échanges et à s’abstenir de créer des obstacles au commerce”.
En 2024, la croissance du commerce devrait rebondir à 3,2 % et celle du PIB à 2,6 %, mais cette estimation est teintée d’une incertitude plus forte que d’habitude.

  • Les dépenses liées aux achats de produits en ligne ont augmenté de 6% en valeur au détriment des volumes qui ont eux baissés que 1% au 1er trimestre 2023

Les ventes en ligne de produits ont connu une faible progression en valeur au premier trimestre 2023, selon les données d’achat e-commerce de Foxintelligence. Les dépenses liées aux achats en ligne ont augmenté de 6% par rapport au premier trimestre 2022, mais les volumes ont diminué de 1% dans l’ensemble. Les PGC ont augmenté de 8%, les achats liés au bricolage et jardin ont progressé de 17%, et la catégorie sports et auto de 15%. Cependant, l’électronique grand public a chuté de 7% et le prix moyen des articles high-tech a diminué de 8%. Les habitudes d’achat en ligne sont bien ancrées puisque 75% des acheteurs en ligne de 2022 ont déjà effectué un achat en ligne au premier trimestre 2023.

  • La génération Y (25-40 ans) affirme vouloir augmenter leurs dépenses en ligne dans les catégories telles que la santé et la beauté

Les acheteurs de la génération Y (25-40 ans) ont une préférence marquée pour les achats en ligne plutôt qu’en magasin, selon une étude menée par ESW auprès de 16 000 personnes. Non seulement 73% de cette génération prévoient de dépenser “autant ou plus” en ligne en 2023, mais plus de 27% des acheteurs de cette génération affirment qu’ils dépenseront “beaucoup plus” en ligne cette année ! Notamment dans des catégories telles que la santé et la beauté, le luxe, les vêtements et chaussures, et l’électronique grand public.
Martim Avillez Oliveira, Chief Executive Officer de ESW pour l’Europe et le Royaume-Uni, déclare : « Le consommateur de la génération Y reste déterminé à privilégier le shopping en ligne au retail physique. Le pouvoir d’achat de la génération Y a bondi et ils ne sont qu’au début de leur vie professionnelle ». La génération Y est véritablement le moteur mondial des achats en ligne cette année.

  • Les prix (1), la fidélité (2) et les informations de produits (3) sont les priorités des consommateurs lors d’un achat en 2023 selon l’étude de Dékuple et Spoking Polls

Selon une étude menée par le Groupe DÉKUPLE et Spoking Polls en mars 2023, les comportements des consommateurs sont actuellement dictés tout d’abord par 1) la recherche de prix et de promotions, 2) l’augmentation de la fidélité, 3) la recherche d’informations sur les produits et 4) la volonté de rechercher des produits plus durables. Pour répondre à ces tendances, les acteurs du retail annoncent que leurs priorités sont désormais l’acquisition client (53%), la fidélisation (44%), la création de nouvelles expériences digitales consommateurs et de contenu promotionnel digital (38%), et enfin la création de nouvelles expériences de vente digitale dans le magasin (23%). Les freins à l’acquisition client sont l’augmentation des coûts sur les leviers payants, la saturation digitale et les craintes des consommateurs concernant la sécurité de leurs données en digital.

  • 26 % des consommateurs indiquent qu’ils achèteront des articles de seconde main plus fréquemment cette année selon le rapport de Packlink et Shipstation

Le rapport « Panorama des livraisons e-commerce en 2023 » de Packlink et Shipstation révèle que 26 % des consommateurs français prévoient d’acheter plus d’articles d’occasion cette année en raison de la hausse des prix et de l’impact environnemental des achats en ligne. Les commerçants répondent à cette demande en développant des offres de revente, de location ou d’achat de produits d’occasion. L’économie circulaire est devenue une stratégie d’acquisition et de fidélisation pour les entreprises, tandis que les consommateurs passent par des applications mobiles pour acheter et vendre des biens de seconde main. Le rapport souligne que les produits d’occasion sont une source de revenus pour les entreprises et alimentent la croissance des plateformes de vente en ligne.

L'ACTUALITÉ GOOGLE ET BING

  • Des informations relatives aux frais de port et aux retours seront directement visibles dans les résultats de recherche Google

Google étend les informations sur les frais de port et les retours dans les résultats de recherche, permettant aux détaillants de mieux optimiser l’expérience utilisateur et de stimuler les ventes en ligne. En effet, les clients veulent connaître le coût total d’un produit avant de l’acheter, y compris les frais d’expédition. Par ailleurs, les coûts d’expédition, la vitesse de livraison et la politique de retour ont une influence sur les décisions d’achat. Google affichera désormais ces informations pour les produits éligibles dans les résultats de recherche, aux États-Unis dans un premier temps et bientôt dans d’autres pays. Les mises à jour de Search Console aideront les commerçants à s’assurer que leurs informations d’expédition et de retour sont précises et complètes.

  • Microsoft Ads et Roku Ads, spécialiste du streaming TV, s’associent pour exploiter pleinement les données cross-canal des utilisateurs face à la fin des cookies tiers

Microsoft Ads et Roku Ads ont annoncé une collaboration afin d’améliorer l’expérience publicitaire et optimiser la performance des annonces. Cette collaboration offrira des données cross-canal uniques pour une meilleure compréhension des clients, permettant de prendre de meilleures décisions dans les campagnes publicitaires. Cette collaboration aidera également à mieux cibler et à connecter avec les clients de manière efficace, en fournissant des informations sur la fréquence optimale d’exposition aux publicités et le temps moyen entre la première exposition à une publicité et la première recherche de marque ou de produit. Les résultats seront soutenus par des informations axées sur les données pour aider à maximiser les campagnes publicitaires réussies. Cette collaboration est une étape significative dans l’optimisation des performances publicitaires à l’ère post-cookie tiers.

  • Google lance son « Centre de Transparence Publicitaire » et crée une liste d’annonceurs validés pour diffuser des campagnes Search, Display et YouTube. L’affichage d’un badge bleu pour ces annonceurs « vérifiés » est également en test

Google vient de publier son rapport annuel sur la sécurité de la publicité en ligne en 2022. Pour mieux protéger les internautes, en 2022, Google a retiré plus de 5,2 milliards d’annonces publicitaires, restreint la diffusion de plus de 4,3 milliards de publicités et suspendu plus de 6,7 millions de comptes d’annonceurs. En outre, le groupe a bloqué ou supprimé 142 millions de publicités pour non-respect du règlement sur les déclarations trompeuses et 198 millions de publicités pour non-respect des règles relatives aux services financiers. Google a également empêché la diffusion de publicités sur plus de 300 000 sites d’éditeurs, et bloqué plus de 24 millions de publicités pour non-respect du règlement. La sécurité en ligne, la lutte contre la divulgation de fausses informations et la sécurité des enfants sont des enjeux prioritaires pour Google. Pour travailler dans ce sens, la firme américaine annonce la création d’un Centre de Transparence publicitaire, dont le but sera d’améliorer la sécurité en ligne des internautes. Par ailleurs, Google annonce une deuxième mesure inspirée de Twitter : la création d’un badge bleu à côté des annonces des entreprises “Vérifiées”.

  • Les crédits de conversion cross-canal seront désormais importés dans Google Ads, même si le dernier clic non direct n’a pas été effectué par la publicité Google

Google Ads va introduire l’importation de crédits de conversion cross-canal pour une meilleure compréhension du parcours d’achat des clients et des décisions marketing éclairées. Jusqu’à présent, les données de conversions étaient importées dans Google Ads que si le dernier clic était directement lié à une publicité Google. Avec cette mise à jour, l’importation des crédits de conversion cross-canal dans Google Ads sera complète, même si le dernier clic non direct n’est pas lié à une publicité Google. Cette nouvelle méthode devrait apporter des données de conversion plus précises et faciliter la détection des différences de valeurs suivies par Google Ads et GA4.

  • Introduction de la méthode de comptage des conversions « une fois par session », similaire à Universal Analytics

Google Analytics 4 (GA4) permet désormais aux utilisateurs de modifier la méthode de comptage pour les conversions en introduisant une option « une fois par session » similaire à celle de Universal Analytics (UA). Deux méthodes de comptage des événements de conversion sont disponibles sur GA4: « une fois par événement » et « une fois par session ». La première permet de compter chaque événement de conversion individuellement tandis que la seconde n’enregistre qu’un événement de conversion par session. Si aucun choix n’est effectué, GA4 choisira automatiquement une méthode de comptage en fonction de la manière dont les événements de conversion ont été créés. Cette mise à jour offre une meilleure flexibilité et une compréhension plus précise du comportement des utilisateurs.

  • L’Apple SKAdNetwork (SKAN) sera pris en charge par Google Ads et GA4

Google Ads a annoncé qu’il prendrait en charge SKAdNetwork (SKAN) d’Apple. Google a publié un guide des meilleures pratiques du SKAN pour résoudre les écarts entre les rapports d’attribution de SKAN et les conversions modélisées de Google. Google offre également des conseils pour utiliser le SKAN avec le tableau de bord Google Ads. Enfin, Google Analytics 4 prendra lui aussi en charge les rapports de SKAN. Depuis l’introduction du AppTrackingTransparency d’Apple en 2021, SKAN est devenu la seule alternative pour suivre les campagnes publicitaires mobiles in-app. Les dirigeants d’entreprises e-commerce doivent se familiariser avec SKAN pour mesurer l’impact de leurs campagnes publicitaires in-app.

  • L’IA sera utilisée par les plateforme publicitaires de Google et Bing pour apporter aux marques plus de trafic et de ventes en ligne

Google travaille sur une nouvelle intelligence artificielle qui serait capable de créer des publicités similaires à ce que font aujourd’hui les spécialistes du marketing. L’IA créera des publicités basées sur les audiences cibles en utilisant des contenus créatifs tels que des images, des vidéos et du texte fournis par les annonceurs. Cette technologie se base sur le même système que celui derrière le chatbot Bard de Google.
Par ailleurs, Microsoft souhaite lui aussi intégrer de l’IA à son moteur de recherche. En effet, l’entreprise a l’intention d’ajouter automatiquement des publicités dans les conversations avec son IA « Bing Chat ».
Certaines personnes se sont inquiétées que ce genre d’outil puisse propager des informations erronées, mais cela n’a pas dissuadé les entreprises technologiques de continuer à explorer les possibilités offertes par l’IA.

  • Samsung pourrait remplater le moteur de recherche Google au profit de Bing sur ses smartphones

Samsung pourrait remplacer Google par Bing comme moteur de recherche par défaut sur ses appareils. Les négociations entre Alphabet et le géant sud-coréen sont encore en cours et Samsung pourrait encore décider de rester avec Google, mais la nouvelle a tout de même entraîné une baisse de 4 % des actions d’Alphabet, la plus importante en plus de deux mois. Bing se fait de plus en plus menaçant pour Google ces derniers mois avec l’ajout de la technologie d’OpenAI, qui est capable de fournir des réponses semblables à ChatGPT aux requêtes des utilisateurs. Google travaille sur plusieurs projets pour renouveler ses services de recherche, dont le projet Magi, qui ajoute des fonctionnalités d’intelligence artificielle à ses offres existantes.

L'ACTUALITÉ DES MARKETPLACES

  • Amazon met en place d’un label pour distinguer les produits fréquemment retournés et facturer certains retours pour lutter contre le retour de produits

Amazon a commencé à mettre en place des mesures pour inciter les clients à retourner moins d’articles en ligne, car le coût des retours est devenu un problème coûteux pour l’entreprise. Les clients devront désormais payer un supplément de 1 dollar s’ils retournent des articles dans un magasin UPS, alors qu’il y a un Whole Foods, un magasin Amazon Fresh ou un Kohl’s plus proche de leur adresse de livraison. Amazon offre toujours des options de retour gratuites et a déclaré que ce supplément ne s’appliquerait qu’à un petit nombre de clients. L’entreprise a également commencé à labelliser sur son site les produits fréquemment retournés, pour informer les acheteurs potentiels et éviter les retours.

  • Amazon a annoncé avoir détruit +6 millions de contrefaçons en 2022, soit 2 fois plus qu’en 2021

Amazon a détruit plus de 6 millions de produits contrefaits dans le monde en 2022, soit deux fois plus qu’en 2021, selon son rapport annuel sur la protection des marques. Le géant du e-commerce a signalé ou poursuivi en justice plus de 1 300 contrevenants présumés dans le monde, investi plus de 1,2 milliard de dollars et employé plus de 15 000 personnes pour lutter contre la contrefaçon. Amazon a également empêché plus de 800 000 tentatives de création de comptes de vendeurs suspects en 2022. Le vice-président d’Amazon en charge des services aux vendeurs partenaires a déclaré que les contrefacteurs ciblaient une large gamme de produits, du luxe aux produits du quotidien.

  • Amazon lance le projet Ratatouille pour restaurer son image en France en lançant un plan de communication pour démontrer l’impact économique positif de ses activités

Amazon lance le projet « Ratatouille » (inspiré du film) pour améliorer son image en France. Ce plan de communication comprend des publicités à la télévision, des études démontrant l’impact économique positif des activités d’Amazon, ainsi que la promotion de producteurs alimentaires français. L’objectif est de renforcer l’adhésion des consommateurs français, qui font preuve d’une défiance plus marquée que dans d’autres pays européens envers la plateforme. Depuis son lancement en France en 2000, Amazon a été régulièrement critiqué pour son impact sur le commerce local et la protection de la santé de ses salariés. Le projet « Ratatouille » vise donc à « franciser » Amazon, selon une source anonyme interrogée par Bloomberg.

L'ACTUALITÉ DU SOCIAL COMMERCE

  • Meta s’apprête à créer sa propre IA générative en 2023 qui pourra être mise au service des publicité Meta Ads

Meta, la maison-mère de Facebook, prévoit de lancer sa propre alternative à ChatGPT d’ici la fin de l’année et a l’intention de se servir de l’IA pour la publicité et le métavers. L’entreprise de Menlo Park compte lancer son IA générative (intitulée LLaMA) avant décembre 2023. L’IA est susceptible de jouer un rôle majeur dans le domaine de la publicité (qui représente 97,5 % des revenus de l’entreprise). Comment ? L’intelligence artificielle serait capable de générer une vaste gamme d’images sur une même publicité. Au lieu de miser sur une photo unique dans une campagne de pubs, l’annonceur pourrait donc miser sur une myriade de visuels pour cibler différents publics… sans augmenter les coûts.

  • YouTube met fin aux liens d’achats directs dans les vidéos qui rémunéraient les créateurs de contenu

YouTube met fin à un programme bêta qui permettait aux créateurs de vidéos de taguer des produits avec des liens d’achat rémunérés. Contrairement au marketing d’affiliation, les créateurs recevaient un paiement mensuel compris entre 50 et 100 dollars de la part de YouTube, plutôt qu’une commission sur les ventes. La plateforme reste cependant engagée dans le marketing d’affiliation et prévoit de se concentrer sur les modèles où les créateurs reçoivent une commission sur les revenus générés, plutôt qu’une rémunération fixe en échange de liens à poster. Cette décision intervient dans un contexte où les plateformes sociales modifient leurs outils de commerce social. Rappelons que selon une enquête de DISQO, 51% des consommateurs américains qui regardent des vidéos d’achat sur les réseaux sociaux effectuent un achat par la suite…

  • Meta teste une nouvelle offre publicitaire en partenariat avec des réseaux de médias de vente au détail

Meta, la société mère de Facebook, teste deux nouveaux outils publicitaires pour améliorer les performances des annonceurs de détail et de commerce électronique, Managed Partner Ads Lite et Local Inventory Ads. Le premier outil utilise des réseaux de retail media pour aider les marques à réaliser des publicités plus personnalisées et à étendre leurs portée. Le deuxième outil permet aux détaillants de stimuler la demande locale pour les produits en stock en utilisant les données de localisation des magasins pour diffuser des publicités aux personnes dans un rayon établi par l’annonceur. Selon Meta, ces tests ont permis une performance omni-canal incrémentielle pour les marques.

XXX

  • Apple lance Apple Pay Later pour permettre aux utilisateurs de diviser les achats en 4 paiements, répartis sur 6 semaines, sans intérêts ni frais

Apple a annoncé le lancement d’Apple Pay Later, une fonctionnalité de paiement fractionné en quatre fois sans frais, disponible dans un premier temps aux États-Unis sur invitation, puis pour tous les utilisateurs d’iOS 16.4 et d’iPadOS 16.4. Les utilisateurs devront activer la fonctionnalité dans l’application Wallet et candidater pour un prêt entre 50 et 1 000 dollars. Une fois le crédit accepté par Apple Financing, l’option de paiement fractionné apparaîtra au moment du paiement chez les marchands acceptant les paiements avec Apple Pay. Le coût pour les marchands s’annonce compétitif et la protection contre la fraude sera assurée par un partenariat avec Mastercard. Apple Pay Later ne facturera pas de pénalités de retard en cas de défaut de paiement, mais prévoit de transmettre toutes ses données aux agences de notation de crédit.

  • 60% des internautes se décident dans les 30 premières secondes lorsqu’ils découvrent un nouveau site e-commerce selon la dernière étude de Storblok

Les premières impressions sont cruciales pour les visiteurs de sites e-commerce. Selon une enquête menée par Storyblok auprès de 6 000 consommateurs aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne, environ 20 % d’entre eux décident de rester ou de partir en 5 secondes ou moins lorsqu’ils visitent un nouveau site e-commerce, dont 6 % qui prennent leur décision en moins d’une seconde. La majorité (60 %) prend sa décision dans les 30 premières secondes. Les prix peu compétitifs sont la raison la plus courante pour laquelle les consommateurs ne font pas d’achat sur un site web, suivi des options de paiement limitées, et enfin une mise en page médiocre et des vitesses de chargement lentes.

  • Après une interdiction temporaire de ChatGPT en Italie, la France compte déjà 2 plaintes auprès de la CNIL

Deux plaintes ont été déposées auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en France contre ChatGPT, un outil de traitement du langage naturel développé par OpenAI. La première plainte a été déposée par Zoé Vilain, avocate et présidente de l’association de sensibilisation aux enjeux du numérique Janus International, car elle souhaite exercer son droit d’accès à ses informations personnelles collectées par OpenAI. La seconde plainte a été déposée par un David Libeau, un développeur qui a repéré des informations personnelles le concernant en interrogeant ChatGPT sur son profil. L’Italie a déjà bloqué ChatGPT pour des raisons de sécurité des données personnelles et d’absence de note d’information aux utilisateurs. D’autres pays, comme la France, l’Irlande ou l’Allemagne, pourraient suivre.

Tenté par une analyse de votre potentiel de croissance e-commerce ?

Faîtes analyser vos campagnes pour comprendre les opportunités inexploitées et recevoir un plan d’actions dédié.

[contact-form-7 id= »17331″ title= »contact-articles »]

Laisser un commentaire

Nouveau site, nouvelle identité, mêmes engagements pour votre croissance e-commerce 🚀
This is default text for notification bar