Mensuelle e-commerce n°16 : Avril 2022

Publié le 28 avril 2022 par Danielle Rahanian

Retrouvez un condensé d'actualités ecommerce du mois de Mars 2022 ! En tant que partenaire croissance, nous avons choisi de vous partager chaque mois, une sélection de l'actualité SEA et e-commerce.

 

 

 


 

On rembobine

 

Retail search 

 

RETAIL SEARCH FOR E-COMMERCE

 

Vous aviez misé sur Google shopping pour booster vos ventes en ligne ? Bien joué !Découvrez un nouveau levier de visibilité, avec « Retail Search », ce nouvel outil, encore plus pertinent, mis à disposition des retailers.

 

AStimuler vos ventes et promouvoir votre catalogue, check !

 

A Créer du trafic sur votre site de vente en ligne, check !

 

Mais le petit plus en plus, Retail Search. Un outil de recherche, dont les propriétés numériques ont été améliorées. Et tout ça pour vous ?

 

Non… cette fois ci c’est le client qui en profite.

 

Le saviez-vous ?

 

  • Selon Harris Poll, 94 % des consommateurs en ligne abandonnent leurs recherches simplement par manque de résultat pertinent. La pertinence des recherches reste un véritable graal pour le consommateur.
  • Chez 85% de vos clients (acheteurs en ligne), l’image qu’ils garderont de votre marque sera fortement dégradée suite à une recherche infructueuse, par manque de résultats pertinents.

 

Avec Retail Search, le décryptage des requêtes s’est affiné, l’approche est quasi personnalisée, tout ceci, dans le plus grand respect de sécurité des données personnelles. Les « déçus au premier clic » seront de nouveau séduits, par un résultat encore plus pertinent.
Aux USA, ils représentent une perte sèche équivalente à 300 milliards de $ / an.

Intégré dans la solution « Product Discovery Solutions for Retails » cet outil de pertinence optimisée est accessible en anglais, français, néerlandais, allemand, espagnol, italien, japonais et portugais.

 


Ils l’ont déjà testé !

 


De grands acteurs économiques du e-commerce, comme FNAC DARTY, ont pu offrir une nouvelle expérience client aux internautes.

 


Les résultats ne se sont pas fait attendre : taux de conversion et paniers augmentés.
L’image de marque en a pris un sacré coup… d’éclat !


A vous de jouer.

 

 

FIN DES COOKIES TIERS : LES ALTERNATIVES

 

La fin des cookies « tiers » est annoncée pour mi - 2023. Et tandis que 41 % des internautes se positionnent contre l’utilisation des cookies de suivi*, les annonceurs cherchent une alternative.

Quelle est la position des grands navigateurs sur le sujet ?

 

Pour ne parler que de Chrome (60% de part de marché, rien qu’en Europe), les cookies tiers y seront totalement bloqués dès m i- 2023. Sachant qu’ils le sont déjà sur les navigateurs Safari et Firefox.

 

L’enjeu sera donc de conserver de la visibilité publicitaire, en exploitant un système de ciblage moins direct. Les campagnes auront, soit un plus large spectre de diffusion, ou seront micro - ciblées sur des cohortes bien déterminées.

En effet, la fin des cookies tiers ne devrait pas empêcher les annonceurs d’effectuer des ciblages précis ni de continuer à collecter des informations. Le ciblage prendra d’autres chemins. Il existe sur le web de nombreux groupes d’utilisateurs qui partagent des centres d’intérêt communs. Ces « cohortes » offrent un poste d’observation non négligeable et devraient compenser la perte des cookies tiers. La surveillance ne disparait pas, elle prend juste un peu plus de hauteur.

 

Autre stratégie à privilégier : miser sur les cookies « propriétaire » en exploitant ses propres points de contact avec les clients et partager la collecte avec d’autres annonceurs.

 

Pour résumer, voici l’alternative en 3 points :

 

  • Exploiter les points de contact avec vos clients afin de collecter des données de première partie.
  • Ne pas négliger les partenariats inter entreprises. Une excellente façon de tirer profit des données de seconde partie.
  • Adopter la publicité contextuelle. Elle offre un affichage de publicités, adapté au contenu consulté par l’internaute. Et enfin, analyser l'évolution de la publicité ciblée par centres d'intérêt, qui cible les internautes au sein d’une cohorte.
    *Source McKinsey

 

 

RETOURS + ECOLO ?

 

Pour devenir un secteur économique incontournable, le e-commerce a dû faire certaines concessions. Accepter les retours en est une, mais elle a un coût substantiel et écologique.

Un article retourné, pour cause de non-conformité ou de conditionnement détérioré…
Aucune excuse, vous devez être irréprochable.

 


Pour quelle autre raison certains articles sont-ils renvoyés ?
- « J’ai changé d’avis… finalement je le préfère dans une autre couleur. »

 


C’est le secteur du textile, de la mode et des accessoires qui a le taux de renvoi le plus important. Sur le marché français, 77% des consommateurs avouent avoir déjà renvoyé une commande.
Des améliorations peuvent permettre de réduire ce taux, grâce à des fiches produits plus précises :

 

  • Guide des tailles,
  • Composition,
  • Mensurations du mannequin et taille du produit en visuel
  • Code couleur pantone
  • Etc...

 

Cependant, si la cabine d’essayage travaille en pure perte, le e-commerce pose un problème éthique.
Un article susceptible d’être renvoyé, est un article qui utilise de trop de transport et impacte l’environnement.

 

Or, vous l’avez constaté, les achats en e-commerce sont dans la ligne de mire des militants écologistes. Si d’un côté les e-commerçants font l’effort de verdir leur concept, leur mode d’acheminement, pour un commerce plus équitable, éco-responsable, il est peut-être temps aussi, de responsabiliser le consommateur sur l’impact d’un retour de ses achats.

Alors ne traduisons pas trop vite le « return shaming » en « retour de la honte » mais responsabilisons le consommateur avec des propositions éco-responsables et de la pédagogie :

Offrez-le à un ami, revendez-le près de chez vous...

 


Proposez une participation financière minime, dans le cadre d’un retour sans mobile apparent.

  • Votre participation sera de « … » 😊. Par exemple, Backmarket communique actuellement sur le coût d'un smartphone neuf vs reconditionné : +68 000 litres d'eau.
  • Voici le coût réel de votre retour colis : « 7,60 € pour le transport (info OpinionWay) + coûts variables estimés à 4€, sans oublier les postes « contrôle produit », « reconditionnement » et « remise en stock ». Total : + ou - 12,50 € par retour. Néanmoins, le consommateur risque de ne pas être sensible à cela car le retour reste gratuit

 

 

LE BTOB SUR PINTEREST

 

Comment Pinterest est passé de « vitrine ludique » pour une communauté de créateurs à devenir un point de conversion pour le e-commerce en BtoC et BtoB ?

A l’instar d’Instagram, mais bien avant lui, Pinterest devient rapidement le premier diffuseur d’images du web.

 


A tel point que les recherches effectuées sur Google image débouchaient immanquablement sur une épingle Pinterest.

 


Car chez Pinterest, point de photo ou de fiche, mais des épingles-produits.
Et pour chaque épingle, une image, un titre, un descriptif et si possible, un lien et un prix.
Et quand Etsy (plateforme de vente en ligne à l’international), propose de dupliquer les fiches produits pour les transformer instantanément en épingles-produits Pinterest, ça veut tout dire.

Au travail !

 


L’épingle parfaite est juste sous vos doigts…

 


Un peu d’inspiration, un soupçon de créativité publicitaire, un visuel percutant et le fil conducteur de votre épingle se prolongera rapidement jusqu’à votre site marchand.
Prise dans un flux d’images composées de photos, tableaux, affiches, slogans, vidéos, votre épingle saura percer la toile.

Avec 55 % d’acheteurs potentiels, parmi les visiteurs de Pinterest, dont 93% prêts à déclencher un acte d’achat, renoncer à épingler vos produits ou services, serait une regrettable erreur.
S’il y a un effort de marketing commercial à faire, c’est bien celui-ci.
Sachez aussi que la consultation de Pinterest est devenue un des axes majeurs de recherches des internautes.

 


- « T’as été voir sur Pinterest ? »

 


Pour chercher des idées, pour s’inspirer, pour trouver des conseils, des vidéos, des tutos, Pinterest offre une foule d’opportunités qui n’a pas laissé les internautes insensibles.

Pinterest, placé dans le top 10 des réseaux et élu meilleur site web en 2011 par Time Magazine, est devenu un outil indispensable pour générer du trafic, trouver de nouveaux clients et développer son axe de notoriété.

 


Et si ça marche en BtoC, il n’y a aucune raison que cela ne marche pas en BtoB.

 

 

CHUTE DES VENTES EN MAGASIN

 

Moins 5,3% en Mars 2022 comparativement à 2019. Véritable baromètre du moral des Français, l’indice des ventes en magasin, pour le secteur du commerce spécialisé nous informe sur la santé du secteur.

2019 restant la dernière mesure valable, compte tenu d’un contexte de fermeture sporadique et intermittent sur ce secteur, ces deux dernières années.

 


Centres commerciaux fermés, mais aussi, ouvertures des magasins soumises à des contraintes de sécurité sanitaire, ces freins à la consommation, peuvent en effet affecter une grande partie des consommateurs.

On observe cependant une progression sur l’alimentaire.

 


Si l’attentisme électoral impacte l’indice des ventes en magasin, les effets en restent toujours temporaires et rattrapables. C’est davantage la hausse des prix générale, générée par le conflit en Ukraine, qui est responsable de cette baisse d’activité du secteur.

 


Les dépenses des français s’organisent en termes de priorité et le budget « dépenses plaisir » et « achats compulsifs » se réduit.


Les chiffres* parlent d’eux-mêmes :

 

  • moins 14 % pour le secteur de la restauration
  • moins 13 % pour le secteur des chaussures, de la beauté et du bien-être
  • moins 10 % pour le secteur de l’amusement, de la culture, des jeux et jouets.
  • moins 9% pour le secteur du textile
  • et moins 10% pour l’équipement de la maison, alors que celui-ci avait su rester résilient jusque-là.

 


Même les ventes en ligne des enseignes* sont entrainées dans la chute (en moyenne - 26%).
Les français ont tiré le frein à main sur tous les plans. La fréquentation des centres commerciaux (- 30%), des grandes zones commerciales (-13%) et centres ville (-25%) suit la même tendance.

La tâche s’annonce rude pour le secteur : faire face à la baisse du pouvoir d’achat des français tout en palliant aux surcoûts d’approvisionnement et d’exploitation.

Epaulé par le Conseil du Commerce de France, le Procos (Fédération représentative du commerce spécialisé), a pu déjà lancé un appel au gouvernement afin qu’il agisse sur la hausse des prix de l’énergie. Quant au coût du transport maritime, ce sera à l’Europe de trancher.

 


Mettre en œuvre le plan « commerce 2030 », afin que le secteur reste au cœur de la vie du pays, c’est la bataille dans laquelle le Procos s’engage dès maintenant.

*Sources chiffrées Procos

 

 

AMELIORER SON TAUX DE CONSENTEMENT

 

Les recommandations de la CNIL quant à l’acceptation des cookies, n’ont pas forcément servi l’internaute. Entre pertes de temps pour l’un et pertes de données pour l’autre, un choc de simplification a finalement été trouvé.

Refuser le consentement devra maintenant être aussi facile que le donner. L’utilisateur peut choisir en un clic, entre un bouton « tout accepter » ou un bouton « tout refuser ». Il pourra aussi cliquer sur « continuer sans accepter », suite à la lecture du traceur.

Qu’en est-il de votre taux de consentement ?

 


Il a pu fortement baissé depuis les premières recommandations de la CNIL et il risque peut-être encore de nouvelles coupes, avec un système de «non-consentement » facilité. On note un taux de consentement global de 94% en février 2021, puis de 86% en avril 2021, soit une baisse de 8,5% (étude sur un échantillon d’utilisateurs en France).

 

Mais « Pertes de données » n’est pas fatalité.

 

Découvrez comment améliorer votre taux de consentement et testez 5 solutions pour trouver celle qui saura reconquérir vos visiteurs.

 

  • Solution 1 : Imposer le choix au visiteur. C’est un risque à prendre. Cette solution peut définitivement faire fuir vos visiteurs. Elle peut avoir un impact sur votre image de marque, aussi bien pour un visiteur qui consent que pour celui qui fuit.
  • Solution 2 : Offrir le choix entre consentir ou payer. Là aussi c’est un risque à prendre. La fuite sera immédiate pour certains. Mais s’il y a adhésion, c’est un gage de fidélité à la marque, qu’il faudra prendre en compte.
  • Solution 3 : Intégrer sa marque à la notice de consentement. Pédagogique et efficace, cette solution vous permet de dédramatiser la notion de cookie.
  • Solution 4 : Opter pour des stratégies différenciées, en fonction du device, de l’OS, du type d'inventaire (web, web mobile, in-app, etc.), et du navigateur.
  • Et enfin, tester chaque stratégie de pop-up.

 

Surprenez vos visiteurs, avec une demande de consentement plus personnalisée. Pensez à les remercier.

 

Laissez-leur un petit temps de découverte.

 

Pop-up en main, tel un sondeur de rue, équipé d’une pétition et d’un stylo, déployez votre créativité pour plus de consentements.

 


 

Etude du mois 🏆

 

 

LA VENTE EN BTOB ETUDIÉE PAR LA FEVAD

 


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les achats BtoB dans le secteur du e-commerce.

Oui, sans aucun doute, la crise covid a eu un impact sur les ventes et les comportements d’achat.
Les pratiques ont évolué en même temps que l’organisation du travail et des habitudes ont été prises, même si 2021 marque un léger retour vers les achats en direct avec les fournisseurs.

 


35% des clients issus des TPE disent vouloir conserver durablement ces pratiques d’achat.

 


D’une manière générale, 26% des clients BtoB associent ces nouvelles pratiques a des phases de recherche plus poussées, notamment en consultant des comparateurs. Tandis que 70% des clients ont souhaité retrouver un contact direct, en face à face, avec leur fournisseur.

 


Il est fort probable, que l’aspect humain y soit pour beaucoup. Un effet « retrouvailles post covid » qui devrait se lisser dans le temps.

 


Sauf peut-être pour les secteurs les plus techniques (BTP/industrie) et les achats les plus conséquents, où l’approche directe offre plus de confiance et de sécurité.

Quant aux critères de choix des fournisseurs, ils continuent de fluctuer, notamment dans un contexte économiques tendu.

 


Pour 50% des clients, c’est la disponibilité sur stock qui est sur la première marche du podium (+7 points vs 2020), suivie en 2ème position par le ce bon vieux critère de prix et Ô surprise, la possibilité de commander en ligne se place 3ème (+6 points vs 2020), juste avant les délais et garanties de livraison (+10 et +7 points vs 2020).

 


Une tendance qui s’observe aussi bien chez les TPE/PME que chez les grands comptes et ce, sur tous les autres critères.


Sauf pour le critère de la fidélité au fournisseur, qui semble ne pas toucher les GE/ETI. Ces derniers préfèreront le critère des accords cadres avec les fournisseurs.

 


Les critères à surveiller et à intégrer dans vos RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) : le made in France / Europe et la possibilité d’acheter en seconde main ou en reconditionné, pour 43% des clients.

*Source : Médiamétrie pour la Fevad.


 

Le chiffre du mois 💯

 

 

-3%

 

Les confinements, les restrictions et les privations, sont sans aucun doute responsables de l’incroyable envolée du e-commerce.En perte d’altitude au 1er trimestre 2022, avec – 3% au niveau mondial, quels seront les chiffres pour le reste de l’année ?

 

Pour consulter l’oracle, passez par la case Salesforce Shopping Index.

Alimentée par les données provenant des plus gros acteurs mondiaux du marché de la vente en ligne, salesforce.com est une plateforme d’analyse des actes d’achat. Son Shopping Index, est mis à jour tous les trimestres, pour vous donner la météo des ventes en ligne au niveau mondial.

 

Comment ça marche ?

 

L’indice est basé sur une analyse qui prend en compte 1989 sites de commerce ? ce qui représente 1,2 milliard de consommateurs / acheteurs et la somme de 22 milliards de visites.

 

Avec la fermeture de certains commerces physiques, « non essentiels », ces deux dernières années, les actes d’achat se sont décalés sur le e-commerce, notamment pour les achats de produits de seconde nécessité.

 

Ce qui a débouché sur une croissance de 20%, contre 12% en 2019.

 

Que nous dit le baromètre de Salesforce Commerce Cloud pour les trimestres prochains ?

 

  • L’anticyclone pandémique poursuit son action bénéfique sur le e-commerce avec un ciel de traine. En effet, les clients gagnés pendant le confinement ne sont pas forcément tous retournés vers le commerce physique. L’envolée a peut-être atteint son altitude de croisière.
  • Arrive cependant une dépression inquiétante, avec un conflit de masses d’air aux nord de l’Europe et aux confins de la Russie.

 

Conséquences en Europe :  -13 % pour les ventes en ligne et -17 % pour le volume des commandes.

 

Potentialisée par la hausse des carburants, par la crise des chaines d’approvisionnement et par la fermeture des ports de Shangaï, une inflation souffle sur le commerce en ligne et touche toute la planète.

 

Le tout, sous un ciel d’attentisme et de frilosité électorale, qui génère, notamment en France, une insécurité économique ambiante


 

SONDAGE DU MOIS 💯

 

 

À VOUS LA PAROLE !

 

Vous êtes nombreux à lire chaque mois, la mensuelle SteerFox, un condensé de l'actualité e-commerce. Nous vous en remercions. Nous souhaitons aujourd'hui vous donner la parole pour connaître les sujets qui vous intéressent le plus.

 

 

Répondre au questionnaire (2 min)

 

    A propos Danielle Rahanian